dimanche 28 décembre 2014

Montserrat la Catholique.

Le massif de Montserrat (voir mon autre blog - clic-) est en lui même un sanctuaire.



Il y a certes le "vrai" sanctuaire, le Monastère bénédictin édifié au 11 ème siècle en hommage à la "Moreneta", la Vierge Noire.
Tout a commencé en l'an 880 lorsque des bergers découvrirent dans une grotte, une représentation de la Vierge. L'Evêque de Manresa, petite ville proche , ordonna la construction d'une chapelle.
4 chapelles furent ensuite édifiées dont une seule subsiste actuellement.
Cependant, en l'an 945, un premier Monastère, dédié à Ste Cécile fut bâti.
Relayé par le Monastère de Monserrat à partir de 1025.

Matin soleil


Emergeant de la brume




En 1811, les guerres napoléoniennes détruisirent l'abbaye qui fut reconstruite : ce sont les bâtiments actuels.


Toutefois, l'Espagne, donc la Catalogne, fut marquée une nouvelle fois par l'histoire.
La Guerre Civile (1936 /1939) épargna relativement les bâtiments, un peu moins les moines dont 23 périrent.

La Basilique que l'on visite, est très fréquentée : son aspect est assez moderne car elle a été récemment restaurée.
Vu d'en haut, depuis les sentiers de randonnée

On pénètre dans la Basilique après avoir traversé le site, puis une immense place qui offre des vues fantastiques sur la plaine. Place très cosmopolite où l' Europe de l' Est voisine avec l' Asie dans un joyeux pêle mêle de langues.


Basilique : nef unique de 58 m de long x 15 m de large x 23 m de haut.
Derrière la nef, un couloir "secret" conduit à la Moreneta, bien cachée dans son cadre en argent  et son logement de verre. On peut juste poser la main sur la boule de bois qu'elle tient à la main.
Elle fut sculptée au 12 ème siècle et est la Sainte Patronne de Catalogne, vénérée le 27 avril.
Il faut avouer que c'est un moment émouvant même lorsque, comme moi, on ne croit pas. Pourquoi ? Il y a une atmosphère tellement recueillie, une magnificence dans cette simplicité...L'instant est solennel....


La grotte qui accueillit la Vierge est accessible mais...je n'ai pas eu le temps...
Le Monastère compte aussi un Conservatoire pour enfants, un des plus anciens d' Europe et comptant parmi les plus réputés du Monde : l' Escolania (ou manécanterie).


Cette Vierge qui veille sur la Catalogne  a été érigée aussi tout en haut d'un piton rocheux ainsi les promeneurs qui l'aperçoivent ( ce qui n'est pas donné car vraiment elle est quasi invisible : faut une bonne vue  et ensuite un bon télé ou des jumelles)  sont sous sa protection. Quand même fallait le faire ! Sont ce des grimpeurs qui allèrent là haut ?

Ou des maçons à l'aide d'un hélicoptère ?



Mais la montagne comptait aussi 13 ermitages dont il ne reste pas grand chose : ils furent quasi tous détruits par le siège des Armées napoléoniennes en 1811.

De  ces ermitages, il reste quelques traces au bout de sentiers escarpés, ou de petites chapelles assez semblables les unes aux autres.
Des grottes, je crois aussi abritent encore des ermites...Je n'ai rien vu de tout cela, j'ai juste effleuré la Sierra.
Chapelle Saint Jeroni

Saint Jeroni

Sant Joan




Sant Benet




Accéder à Santa Magdalena demande quelques efforts : des escaliers, une rampe tellement c'est raide, "un sentier de chèvres"...et il ne reste rien sinon quelques murettes en ruines. Mais l'effort en lui même est une joie.




Santa Magdalena autrefois

Et aujourd'hui
Cependant, le plus spectaculaire, à 1000 m d'altitude, comme à peu près tous les sanctuaires,
 c'est Saint Ornulphe (Sant Ornulfo).



Sur cette photo, vous voyez St Jean perché sur son promontoire et, à flanc de la plus lointaine colline de pierre, on devine quelques constructions en ruines , c'était l'ermitage suspendu de Saint Ornulphe. Absolument extraordinaire.
J'appelle souvent un ou autre chat "Ornulphe" , par dérision, mais je n'aurais jamais imaginé cela.

Sous le surplomb de la corniche, à mi falaise, les moines avaient érigé des murs, une plate forme semi suspendue, un passage, deux ou trois pièces , le tout couvert par une toiture dont on voit encore l'ancrage  et quelques tuiles.

Sous roche : pièces, banquettes, âtre, cloisons de briques

Passage suspendu à flanc de falaise

Ancrage de la toiture

Une des deux citernes creusées dans le roc
 Quant à l'eau elle était récupérée lors des pluies par un astucieux système : des saignées avaient été taillées dans le roc, et conduisaient par une canalisation l'eau dans les citernes.


Saignée dans la roche et récupération des eaux
Certes c'était spartiate mais n'était ce pas la règle ?


Il m'en reste des choses à voir dans cette Sierra plutôt mystique et mystérieuse...
Nous y reviendrons, avec Lison...


Lison sur l'autoroute : un copilote avisé


A bientôt....

4 commentaires:

  1. Merci pour la ballade ! Encore une idée d'escapade ... Mais certains passages sont vertigineux !!!Bisous

    RépondreSupprimer
  2. Quelle belle promenade matinale qui me fait sortir de la grisaille parisienne, merci !...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cela me fait plaisir Jeanmi; j'ai laissé ce blog en suspens car peu visité...je reste sur l'autre, "les balades de lison"; de plus j'ai moins le temps d'en conduire 2 en même temps.

      Supprimer
  3. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer